SIN CITY.

Welcome to Las Vegas, ou devrais-je dire, plus communément, welcome to the Sin City, la ville de l’excès, du fantasme, de l’argent, la ville mirage au milieu du désert du Nevada !

Aujourd’hui, je vous parle du Luxor, un des hôtels culte de Vegas avec son sphinx reproduit grandeur nature et son impressionnante pyramide de verre noir fumé, de 110 mètres de haut. Inauguré en 1993, il n’est pas parmi les hôtels les plus récents mais son originalité fait son succès. On parle aussi beaucoup de ses ascenseurs qui s’élèvent en diagonale le long de ses 4 arrêtes.

L’expérience commence, me voici dans la peau de Cléopâtre : c’est par le sphinx géant que l’on entre dans l’atrium, cœur de la pyramide, tout est monumental et empli de lumières artificielles. Une odeur de plage vous envahit, on dirait un parfum d’été aux allures de monoi et coco. De colossales statues, dont la réplique du grand Ramsès II, entourées d’eau, vous placent dans un décor d’Égypte antique.

Nous cherchons l’ascenseur, c’est un véritable labyrinthe, tout est conçu ici pour vous faire passer systématiquement par les machines à sous. L’intérieur de l’ascenseur est décoré avec des morceaux de miroir dans tous les sens. Lorsqu’il se met en marche, on ressent en effet qu’il se déplace différemment, mais sans repère visuel, on perd l’équilibre. Je suis un peu déçue, je m’attendais à voir des cabines transparentes pour découvrir cette fameuse trajectoire en diagonale. Seizième étage, nous voyons l’atrium du dessus et toutes les coursives qui mènent aux chambres, c’est assez effrayant, il y a 30 étages et quelques 2200 chambres, j’ai l’impression d’être une fourmi dans sa fourmilière, ici pour nourrir sa reine.

La chambre est impressionnante nous avons été surclassé, elle est gigantesque, grande salle de bain, chambre, jacuzzi avec vue sur le strip et même un grand salon avec vue sur le sphinx, tout ça en open space, c’est « pharaonique ».

Côté piscine à l’arrière de la pyramide, un, deux, trois bassins pour se rafraichir et ça fait du bien, car rappelons-le, nous sommes au milieu du désert. En plus c’est à peine croyable, vous « sur-bronzez », et oui, la pyramide vous renvoie un 2ème soleil par réflexion.

La nuit, le Luxor est vraiment surprenant et un peu extra-terrestre. Son faisceau lumineux en son sommet perce le ciel, il est le plus puissant projecteur au monde (315 kW) et peut éclairer jusqu’à 150 km à la ronde, on dit qu’il est visible jusque dans la vallée de la mort. Il y a aussi des lumières qui clignotent de bas en haut tout le long de ces 4 arrêtes.

La pyramide à vrai dire est impressionnante et procure une expérience mais n’est toutefois pas très agréable à vivre. Je ne sais pas si c’est une histoire de forme, de circulation d’énergie ou de matériaux, ou un mélange de tout ça mais on se sent oppressé, comme si les murs vous poussaient vers le sol. J’y suis particulièrement sensible, et je me sens claustrophobe dans l’atrium. L’absence de lumière naturelle et la perte de repères y sont aussi pour beaucoup je pense et ma seule hâte est d’en sortir. Les égyptiens construisaient des pyramides comme tombeau et je commence à comprendre pourquoi. En bref la forme pyramidale est je pense à bannir en architecture, du moins pour un espace à vivre.

Le saviez-vous : des psychologues confirmés ont été consultés, pour inciter les gens à dépenser le plus d’argent possible dans les casinos. L’activité frénétique permanente à toutes heures du jour ou de la nuit, le bruit des pièces qui tombent, l’absence de fenêtres, les lumières, les couleurs, la perte de tous repères, la perte d’orientation vous empêchant de trouver la sortie, les buffets à volonté et les boissons gratuites, autant de choses étudiées pour vous faire rester, encore et encore. Et même, pour éviter que vous ne sortiez, la cigarette est autorisée et les parfums d’ambiance sont là pour en masquer l’odeur.

 

Les commentaires sont fermés.